0%
Awesome
  • Criteria
Gnazale Gnazale à Radio Ateldet

Les conséquences de la guerre généralement connues pour être désastreuses, ont, pour Zikisso et les jeunes sous-préfectures de djidji et gagore atteint un niveau plus qu’alarmant.
D’où ce constat tire t-il son origine ?
En effet, à l’approche de l’année 2010, phénomène  » moto-taxi » fit son apparition sur nos pistes pour palier le problème de voirie empêchant les véhicules d’accéder à zikisso.
A ce titre, tous, nous avons accueilli avec honneur les premières personnes qui se sont adonnées à ce service d’ordre public.
Influencés par le gain financier des conducteurs d’alors, nos frères autochtones ont tout de suite décidé de leur emboîter le pas. Ce qui n’était pas mal d’ailleurs. Dans la vie, il faut savoir copier ce qui est bien et bon.
Mais, nous serons plutôt dessus de constater que pour s’approprier des motos de service,90% de ces personnes ont opté pour pour la cession temporaire ou définitive de leurs propriétés foncières : vente ou mise en garantie de parcelles de forêt, plantations ou bas-fonds.
Comment peut-on céder une plantation durant dix années pour la simple raison qu’on désire une moto ?
Ainsi, dans nos trois sous-préfectures, ces engins motorisés à deux roues ont envahi nos villages.
Le pouvoir appartient désormais aux propriétaires de motos.
Les paysans se sont mis à douter de l’opportunité d’avoir une plantation.
Quel malheur !
Des biens de famille se sont volatilisés.
Avec le peu que les aïeux ont légué, les descendants n’ont pu ses réaliser.
Et, comme si cela ne suffisait pas, la trouvaille actuelle est dénommée:. #FAIRE-PARTAGER
Un poison pour les générations futures.
La copropriété sur la terre de nos ancêtres.
Les zikié ont décidé de partager leur héritage avec des personnes venues d’ailleurs.
Ont-ils pensé à leurs enfants ?
Savent ils qu’ils ne sont pas les propriétaires exclusifs de ces parcelles ?
Cette technique, dépossède entièrement les filles qui souffraient déjà.